Professionnalisation de la lutte contre le littering

10e anniversaire de la Communauté d’intérêts pour un monde propre (IGSU)

Face à la croissance exponentielle du littering au tournant du millénaire, les villes et les communes se sont souvent senties désemparées. Progressivement, les causes du phénomène ont ensuite été analysées et des stratégies de lutte développées. La Communauté d’intérêts pour un monde propre (IGSU) a largement contribué à ce processus d’apprentissage. En qualité de centre de compétences suisse contre le littering, l’IGSU soutient les villes, les communes et les écoles depuis 2007. Et fêtera son 10e anniversaire fin mai.  

L’IGSU, centre de compétences suisse contre le littering, fête son anniversaire. Depuis 10 ans, l’IGSU investit chaque année quelque 16’000 heures dans la sensibilisation de la population sur le littering et le recyclage. Et réalise simultanément des études et des sondages. Par son travail quotidien, ces dix dernières années l’IGSU a acquis un savoir-faire intégral dans le domaine du littering et du recyclage. Capital qu’elle met gratuitement à la disposition des villes, des communes et des écoles.
Les institutions apprécient et font usage de cette offre. «La mobilité croissante, l’augmentation de la consommation nomade et la croissance démographique ont fait du littering un vrai problème au tournant du millénaire», indique Nora Steimer, directrice de l’IGSU. «D’abord désemparées, les villes et les communes ont ensuite analysé le problème et ses causes, puis développé des contre-mesures. L’IGSU est fière d’avoir pu accompagner ce processus jusqu’à aujourd’hui et d’être l’un des principaux contributeurs de la professionnalisation de la lutte contre le littering.

Objectif: changer les comportements  
L’une des caractéristiques de l’IGSU est qu’à travers ses actions diverses et créatives elle se consacre entièrement à sensibiliser la population et à changer les comportements. «Alors que par exemple les sanctions n’ont un effet que si elles sont effectivement prononcées, le rôle de l’IGSU s’inscrit dans la durée», explique Steimer. «Nous n’obtiendrons des résultats qu’en induisant un changement de comportement chez les gens.» «Malgré tout, ajoute-t-elle, les sanctions peuvent s’avérer utiles dans certaines situations – mais l’essentiel est de mettre en œuvre un cocktail de mesures adéquat.»
Grâce à son travail de sensibilisation, l’IGSU a contribué à ce que le littering devienne un sujet débattu plus souvent et de manière plus constructive dans la société qu’il y a 20 ans. De sorte qu’aujourd’hui, beaucoup plus de gens remettent en question leur comportement et leur consommation de ressources. L’IGSU a aussi et avant tout aidé à ce que les villes et les communes abordent le littering d’une manière plus active, car disposant des instruments pour inverser la tendance. Ce qui a permis de stabiliser la situation du littering aujourd’hui, voire d’observer une tendance à l’amélioration.

Comment l’IGSU est devenue le centre de compétences suisse  
L’IGSU est née de l’engagement de trois organisations de recyclage: nous devons sa fondation en mai 2007 à PET-Recycling Schweiz et à la Coopérative IGORA pour le recyclage de l’aluminium; un an plus tard, VetroSwiss, l’organisation du recyclage du verre, se joint à elle.
Son objectif: soutenir les villes, les communes et les écoles dans leur lutte contre le littering. Elle entame ses activités par une campagne d’affichage assortie de spots diffusés dans les cinémas et deux ambassadeurs abordant les passant(e)s dans les villes.
Aujourd’hui, les ambassadeurs font encore partie des principales mesures de lutte contre le littering. Chaque année, environ 80 d’entre eux sillonnent plus de 40 villes et communes suisses pour informer la population sur le recyclage et la motiver à éliminer correctement ses déchets. Les ambassadeurs visitent aussi régulièrement les écoles et conduisent des ateliers. Le Clean-Up-Day national organisé par l’IGSU depuis 2011 réunit plus de 400 actions places nettes dans les espaces publics et contribue aussi à sa notoriété.

Parmi les partenaires de l’IGSU, on trouve des sociétés très en vue telles que Migros, Coop, McDonald’s Suisse, 20 minutes ou Blick am Abend. L’IGSU est soutenue par l’Office fédéral de l’environnement OFEV et par l’Organisation Infrastructures communales OIC.

 

Interview

Nora Steimer, l’IGSU fête son anniversaire. Quel est le chemin parcouru en matière de littering depuis sa fondation il y a 10 ans?  
Après une forte augmentation dans les années 2000, la situation du littering a pu être stabilisée ces dernières années. Une tendance à l’amélioration se dessine même aujourd’hui. Cet inversement de tendance est surtout à mettre au compte du grand engagement des villes, des communes et des écoles. Ces dernières années, elles ont appris à réagir à la problématique du littering. L’IGSU est fière d’avoir pu leur apporter son aide en tant que partenaire de coopération.
La professionnalisation de la lutte contre le littering a conduit à ce que le débat sur le littering soit aujourd’hui plus fréquent, constructif et fondé. Un plus au niveau de la sensibilisation de la population et qui stimule le débat. On peut dire que le sujet se trouve dans une «spirale ascendante».

Quel rôle assume l’IGSU et quels objectifs a-t-elle atteint au cours de ces 10 dernières années?  
Ces dix dernières années, l’IGSU a acquis un savoir-faire intégral dans les domaines du littering, du recyclage et de la sensibilisation. Un savoir-faire que nous mettons à disposition gratuitement. De nombreuses villes, communes et écoles en font usage et sont très heureuses d’avoir à leurs côtés un partenaire compétent.
Notre travail consiste aussi à aborder la population pour parler du littering, des déchets et du recyclage. Nous voulons que la population suisse parle du littering et qu’elle ose formuler d’une manière ouverte et honnête ses désirs au sujet de la gestion des espaces publics. Les gens doivent analyser leurs propres comportements et les remettre en cause.
Nous avons obtenu d’excellents résultats dans ce domaine. Bien entendu, le mérite en revient en premier lieu aux villes et communes chargées de l’entretien des espaces publics. Mais l’IGSU a largement contribué à ces résultats grâce à sa compétence technique.
En effet, n’oublions pas que l’IGSU est parvenue à analyser le littering et ses causes de manière plus approfondie et scientifique. Elle a par exemple pu démontrer que le littering n’est pas l’affaire de quelques jeunes mal élevés, mais bien un phénomène de société. 

Quels changements pronostiquez-vous dans le littering et la lutte contre le littering dans les 10 années à venir? 
Le fait que nous ayons plus de littering aujourd’hui qu’il y a 30 ans s’explique avant tout par la forte mobilité de la population et la consommation nomade qui en résulte. Dans le futur, la mobilité ne diminuera sûrement pas. Le littering restera donc d’actualité. Le devoir de l’IGSU est de continuer à soutenir ce renversement de tendance positif et de poursuivre, voire d’étendre ses mesures. Pour le moment, nous nous concentrons sur les villes, les régions rurales, les régions de montagne et touristiques, ainsi que sur les routes/aires de repos. D’autres points noirs viendront s’y ajouter.
Les consommatrices et consommateurs ne changeront pas radicalement d’attitude du jour au lendemain, mais nous mettons tout en œuvre – et nous avons la ferme conviction qu’en poursuivant notre travail nous pouvons faire évoluer durablement les comportements dans l’élimination des déchets et améliorer peu à peu la situation.

 

Communauté d’intérêts pour un monde propre (IGSU) 
L’IGSU est le centre de compétences suisse contre le littering. Depuis 2007, l’IGSU s’engage pour la défense d’une Suisse propre à travers des mesures de sensibilisation préventive à échelle nationale. Les principaux partenaires de l’IGSU sont la Coopérative IGORA pour le recyclage de l’aluminium, PET-Recycling Schweiz et VetroSwiss. Autres partenaires: 20 minutes, Blick am Abend, Swiss Cigarette, McDonald’s Suisse, Migros, Coop et International Chewing Gum Association. En parallèle, ceux-ci s’engagent contre le littering par le biais de leurs propres activités et implantent par exemple des poubelles supplémentaires ou réalisent des tournées de nettoyage.


Contact médias 

  • Nora Steimer, directrice IGSU, téléphone 043 500 19 99, 076 406 13 86
  • Jorrit Bachmann, responsable de projet ambassadeurs IGSU, téléphone 078 733 07 78

 

Communiqué de Presse en PDF

Photo 1 en JPG-File

Photo 2 en JPG-File

Photo 3 en JPG-File

Quick-Jump

Pocket Box

Newsletter

Les IGSU News t’intéressent-elles? Abonne-toi ici à notre newsletter.

inscrire »

IGSU sur Facebook

Montre ton refus du littering et adhère au «Réseau contre le littering» en cliquant sur le bouton «J’aime» de la page Facebook d’IGSU.

Vers la fan page de l'IGSU »

Ange ou Messy, quel est ton type de littering?

Découvre quel est ton type de littering et ce que tu peux faire contre!

Et c’est parti »